Kyudo - La voie de l’arc

« L’archer élève son arc de bambou,
il le tend, lentement, détendu,
il retient la flèche le temps nécessaire pour permettre au tir de mûrir,
et l’acte parfait se réalise :
l’archer s’oublie et s’ouvre,
ne faisant plus qu’un avec l’arc, la flèche et la cible.
L’impact se fait entendre mais le tir se poursuit au-delà.
Sans viser, l’archer s’est visé.
Sans chercher à atteindre la cible, l’archer s’est atteint. »

Kyudo Québec

« En travaillant la précision des mouvements, un processus naturel se met graduellement en place. Le pratiquant a l'occasion de se voir tel qu’il est réellement. La cible devient un miroir qui reflète le “cœur” du pratiquant. »

Kanjuro Shibata XXe

Une compréhension intellectuelle du Kyudo ne peut remplacer la compréhension intuitive, laquelle vient de l’expérience et non des paroles. On aura compris que la pratique du Kyudo n’est ni un sport ni une occasion de mesurer ses habiletés, mais bien une discipline de méditation.

Le Kyudo est un art qui s’apparente étroitement à d’autres arts dits zen comme la cérémonie du thé (Chado), la calligraphie (Shodo), les arrangements floraux (Ikebana), arts qui reflètent le cœur, l’esprit et l’énergie du pratiquant.

   © Kyudo Québec Inc. 2011